• Facebook
  • YouTube

HARTZA

(création en cours)

IMG_7562.JPG

Le projet HARTZA est un projet marionnettique qui vient convoquer les innombrables mythes, rites et croyances qu’engendrent l’ours. Le mythe comme « récit relatant des faits imaginaires non consignés par l'histoire, transmis par la tradition et mettant en scène des êtres représentant symboliquement des forces physiques, des généralités d'ordre philosophique, métaphysique ou social » (1). À travers des récits empruntés au peuple Inuits

(« L’ours qui danse » de Simonetta Greggio), aux philosophes et aux anthropologues (Baptiste Morizot « Manières d’être vivant », Nastassja Martin « Croire aux fauves »), nous interrogeons le lien homme/animal, leur espace de rencontre et comment cette rencontre des corps et des esprits vient témoigner d’une porosité entre les mondes.

 

La marionnette, qui prend vie dès lors qu’on l’anime, est cet objet de relation entre les mondes, les cultures et les générations. Les va et vient que nous imaginons du marionnettiste à l’intérieur du corps de la marionnette – l’ours, Hartza » - cette transparence des corps, mécaniques, articulés, qui s’imbriquent l’un et l’autre pour jouer ensemble, se mouvoir ensemble, sont le point de départ d’une scénographie destinée à être joué en rue dans un rapport de proximité avec le spectateur.

 

Entrer en mouvement, « le mouvement en tant que moteur et processus qui fait advenir des formes, des pensées, des choses et des êtres »(2), faire acte de métamorphose, et tendre vers une expérience sensible de soi avec les autres, de la marionnette et des matériaux qui la compose, émanant d’un processus de création collectif qui prend le temps d’entremêler les regards, les mots, pour tendre in fine vers un récit des sens, une invitation à la poésie, une écriture qui raisonne et se transmet, emprunte d’essences basques et pyrénéennes.

1 - https://www.cnrtl.fr/definition/mythe

2 - Extrait de Penser le mouvement, (https://www.fabula.org/colloques/document2603.php)

IMG_7583.JPG

marionnettes